Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

29 mars 2006 3 29 /03 /mars /2006 16:43

 

Association de Défense Contre le Harcèlement Moral

   Objectifs de l’association

 

 

         Cette association sous la loi de 1901 a été fondée en 2000 par la présidente Yvonne Poncet- Bonissol, psycho- clinicienne et psychanalyste.

             Sa finalité est de venir en aide à ceux et celles qui sont victimes de harcèlement et de dévalorisation dans le cadre de leur vie privée.

             L’association soutient ces personnes sur l’ensemble du territoire français. Elle se donne pour mission d’éclairer et d’informer les juristes afin qu’ils puissent mieux cerner la personnalité du sujet à profil pervers narcissique et, en toute connaissance de cause, ceux qui en sont la proie.

 

 

 

 

 

 

 

Published by Association d'aide contre le harcèlement moral - dans adchm
commenter cet article
29 mars 2006 3 29 /03 /mars /2006 16:18

Comment définir et identifier la personnalité à profil de pervers narcissique ?

Faire d’autrui sa victime pour rehausser l’image déficiente qu’il a de lui-même, tel est, au masculin comme au féminin, le projet de ce sujet aux apparences trompeuses.

            En effet, le sujet dont la personnalité présente un profil pervers narcissique organise, par un travail de sape psychologique, la démolition mentale de l’autre, tout incapable de respect de la personne humaine qu’il est, et inapte à aimer et à s’engager dans une relation constructive. Ses moyens sont ceux de la dévalorisation, de l’humiliation, du dénigrement, mais aussi de la brimade, du discours contradictoire et paradoxal, de la polémique systématique. Le recours à l’allusion, au non- dit et sous- entendu fréquent. Rabaisser les agissements du partenaire, nier ses accomplissements, et faire silence sur ses réussites, tout cela participe à ces techniques insidieuses.

            Aussi est- il difficile pour le harcelé de prendre conscience qu’il est manipulé où le « bourreau » s’arrange pour ne jamais être pris en flagrant délit et fait passer aussi l’autre pour coupable. Il lui fait perdre sa confiance en lui- même, en son jugement et son intuition. Harceler, c’est savoir renverser les situations, accuser le partenaire de tous les torts et de tous les maux, c’est s’arranger pour jouer le beau rôle.

            C’est vivre avec l’arme de la mauvaise foi pour parvenir à semer le doute dans la conscience de l’autre, pour faire vaciller ses certitudes, ses convictions, sa volonté. Il s’agit avant tout de sauver les apparences, d’offrir aux yeux de tous une image de papier glacé, irréprochable.

 

Comment comprendre ce mode de fonctionnement ?

            La logique du bourreau est en faite celle de la protection : souvent prisonnier d’une image négative de lui- même, caractérisée par un narcissisme pathologique qui compense le sentiment de détestation et le manque d’estime qu’il se voue, il a besoin de dominer, cherchant confusément à exploiter, tel un vampire de toutes les heures les qualités du partenaire.

 

            Ce qui explique ce mode de fonctionnement est la peur de n’être rien.

            Ce sujet s’offre comme une enveloppe vide de sens, d’humanité, d’affects. Ce n’est pas un hasard s’il s’en prend à des sujets dont la sensibilité, la richesse intérieure, les qualités intellectuelles l’attirent comme un aimant. Il s’agit de piller, de prendre chez l’autre ce qu’ils ne pense pas avoir développer lui même.

Au fond, la personne  qui harcèle est victime d’un sentiment d’auto dévalorisation dont les sources remontent à l’enfance, où l’ombre d’une mère omnipotente l’a empêché d’entrer dans la lumière, de croire en lui, de développer une autonomie et une image positive de lui- même pour se construire. Tout engagement affectif profond et durable est impossible pour être immature.

Par ailleurs, il est au courant que ce type d’individu n’ait pas fait d’apprentissage des limites et qu’il reproduise dans sa vie d’adulte un modèle d’éducation où tout était dû à l’enfant qu’il était. Il peut envisager la relation avec autrui que sur le mode du besoin et non du désir et du respect ; le partenaire, dans quelque domaine que ce soit, devenant la « chose » qui doit satisfaire ses envies sans rien demander en échange.

 

Portrait du harceleur :

            Dans un premier temps, le harceleur a deux visages : au premier abord, il est charmant, plutôt brillant. Il excelle dans l’art de la séduction. Il choisit une proie généreuse et forte. Cette résolution n’est pas anodine, c’est n moyen pour lui de conserver l’estime de soie. Si aux yeux de son entourage, il demeure quelqu’un de parfait, son discours dans l’intimité va changer.

 

 

 

 

            Sa partenaire va devenir victime de critiques systématiques, d’une campagne de dévalorisation permanente destinée à l’épuiser psychologiquement au point de lui faire douter de ses moindres jugements.

 

            Son travail de sape est soutenu par la volonté de maintenir sa victime dans l’isolement.

Incapable d’empathie, les souffrances des victimes sont le cadet de ses soucis. A l’extérieur, c’est un être qui privilégie l’apparence.

            Les harceleurs sont, au masculin comme au féminin, dénués d’émotion, très narcissiques, ce sont des coquilles, souvent superbes mais vides, qui travaillent toujours sur la dévalorisation. Ils veulent tout maîtriser, tout posséder, tout diriger. 

            Leur objectif : placer le partenaire amoureux sous haute dépendance ! Pas question qu’elle (il) ne s’essaye à égratigner son ego en présence d’amis. Les mesures de rétorsions seront à la hauteur de l’humiliation qu’il considère avoir subie, si vous osez seulement le contredire en public.

            De plus, ce tyran domestique se considère comme le meilleur partout. Il sait tout et rejette sur l’autre tout ce qu’il ne supporte pas en lui. La mauvaise foi est son fond propre. Sadique ? Peut être ! Il n’existe que grâce à ses victimes.

            Quand il vous sent mal, il a une forme de jouissance, quand vous pleurez, il est là, avec une jouissance non- dite. C’est de l’ordre de la jouissance car c’est un être qui ne vibre pas, quand il voit vibrer l’autre  négativement, alors pour lui c’est un summum. Et si il ne change jamais, c’est parce qu’il n’en a aucune envie et n’en ressent pas le besoin.

 

 

Portrait de la victime :

 

            Douée, consciencieuse, c’est un être tourné vers l’extérieur, qui n’hésite pas à donner.

Intelligente, pleine de vie, gaie, elle manque cependant de confiance en elle et s’épuise à tenter de plaire à tous et surtout à lui. Généreuse, elle ne peut se résoudre à sa perversité et cherche souvent des excuses à son bourreau. En partie à cause de son sens de responsabilités, elle n’hésite pas à se remettre en question à chaque remarque, à chaque critique. Petit à petit, elle perd le peu de confiance en elle, qui lui restait et dépérit.

Lorsqu’elle comprend qu’elle n’est pas à l’origine de tous les problèmes, et qu’elle se résout enfin à réagir, elle n’est plus que l’ombre d’elle-même.

 

            La victime se remet constamment en question et ne comprend pas pourquoi elle est ainsi affublée de tous les maux s de la terre. Amoureuse, elle se sent trahie, mais cherche néanmoins longtemps à sauver la situation, à retrouver un état d’amour. Jusqu’à l’ultime prise de conscience qui la conduit à rompre. Mais à la différence de son bourreau, une prise de conscience (parfois aidée d’une psychothérapie) peut lui permettre de sortir de ce cercle vicieux.

            Il y a deux sortes de victime : les victimes déprimées et en même temps agressives. Heureusement, car l’agressivité leur permet de rester « vivantes », et les victimes complètement broyées et qu’il faut alors porter.

 

Comment sortir de cet engrenage ?

            Pour se sortir de ce cercle infernal, il faut d’abord l’affirmation de soi associée à un cadre juridique.

            L’affirmation de soi nécessite une remise en question et une retrouvaille avec soi- même. Prendre la décision de se séparer de son partenaire est très difficile. Il faut en effet que les blessures de l’amour soient un peu cicatrisées et faut être convaincu que la rupture est inévitable. Quand on arrive à cette ultime décision, c’est que les autres se sont avérées inutiles parce qu’il est impossible  de transformer cet homme qui ne se remettra jamais en question. L e harceleur estime n’avoir aucun besoin de changer. C’est pourquoi, il faut éviter les séances de médiation ou de thérapie familiale qui se soldent par un retournement de situation contre la victime. En effet, face au psychologue ou au médiateur, le bourreau se transforme comme par magie en victime. Il ne changera pas et ses capacités à séduire comme à manipuler auront toujours autant d’impact lors des premières rencontres avec les conciliateurs.

            Pour sortir de cet engrenage, la seule arme est de recouvrer l’estime de soi afin de na plus être happée par cette séduction diabolique. Il faudra mobiliser toute son énergie pour quitter son statut de victime.

            La justice sera une aide précieuse.

La justice :

               Quand la victime aura fait le chemin  nécessaire, elle conclura qu’elle n’a pas d’autre choix que d’envisager la séparation du partenaire pervers.

 

 

 

Ø      La préparation de cette séparation doit se faire dans le secret absolu sous peine de voir le harceleur redoubler ou préparer un dossier destiné à contrer le vôtre qui sera un chef d’œuvre de perfidie. Attention, celui qui à démasqué un pervers devient la « bête à abattre ».

Ø      Il est préférable de choisir un avocat spécialisé dans le harcèlement moral qui pourra vous défendre en toute connaissance de causes et connaît vos souffrances. D’autant que le pervers est dans le délit : il se rend insolvable. Il est mystérieux, hors norme. Il transgresse les lois, et tout lui est permis.

Ø      Préparer un dossier claire, apporter des preuves indispensables : certificats médicaux, attestation de ceux qui ont été témoins des humiliations vécues.

Ø      Dans le cas de violences physiques, consulter un médecin qui établira un certificat médical, accepter des ITT (Interruption Temporaire de Travail) indispensable pour que la plainte (non « main courante ») déposée au commissariat soit remise au procureur et prise en considération.

Ø      La procédure  de divorce pour faute paraît la plus adaptée. Il est indispensable de se constituer un dossier : attestation établissant des faits précis suite à des violations graves des devoirs et obligations du mariage, certificats médicaux, plainte, documents financiers (déclarations de revenus, tout document établissant le train de vie mené par le couple).

Ø      En cas de séparation urgente (violences physiques), une requête à fin de divorce pour faute avec demande de mesure urgente est  possible. La séparation de corps est alors décidée rapidement avec des mesures afin d’assurer le logement et les ressources financières pour la victime.

Coté finances : les pervers sont généralement très avares du moins avec leur famille et incapable de donner quoique se soit. En cas de séparation, ils se rendent insolvable grâce à des tours de passe- passe plus ou moins légaux. Il faut repérer ses transactions financières et photocopier tout ce qui pourrait donner des indications sur son mode de vie (occulte ou non) tant professionnel ou privé.

Bibliographie :

  « Pour en finir avec les pervers de la famille » de Yvonne Poncet- Bonnisol (Edition Chiron)

 

«Pour en finir avec les blessures de l’amour » de Yvonne Poncet- Bonnisol (Edition Chiron)

 

               

  « Comment finir avec l’enfer familiale, et les enfants dans tout ça ? » de Yvonne Poncet Bonnisol.

 

 

 

  « Le harcèlement moral » de M. France Hirigoyen (Edition Pocket)

   « Ces mots qui tuent, ces mots qui soignent » de Christiane Kreilow (Edition Harmattan) 

          Réunion :

    L’association se réunit tous les troisièmes jeudis du mois au restaurant – brasserie « La Favorite » 32 rue de Passy- 75116 Paris

        Contacts :

            Pour tous renseignements complémentaires, ou simplement envie de parler, prenez contact avec l’association 

 

 

 

 

 

                          Association de défense contre le harcèlement moral 
        
    23 rue Nicolo 75 116 Paris 
   
          Tél : 01 45 04 74 51

-                        Antenne de l’association à Dijon 
            
 Tél : 03 80 58 48 89  

Voici les avocats que vous pouvez contacter en cas de besoin

 

 

 

Maître Monique FAYON
17 rue de Neuville
75017 Paris
Tél : 01 42 67 07 21

Maître MAINETTI
17 rue de Neuville
75017 Paris
Tél : 01 42 67 07 21

 Maître Nathalie DREAU
15 Avenue de Ségur
75007 Paris
Tél : 01 45 51 63 52

Maître Isabelle STEYER
35 rue Etienne Marcel
75001 Paris
Tél : 01 53 40 91 91

 Maître Cyril BRANISTE
35 rue Etienne Marcel
75 001 Paris
Tél : 01 42 33 61 11

 Madame ADDAD
Ancienne avocate
Donne gratuitement des conseils juridiques
Le jeudi après- midi
Tél : 01 43 44 35 08

 Maître Alain FREDERIC
65 route des Romains
67200 Strasbourg
Tél : 03 88 30 32 00

  Maître Wilfried FOURNIER
36 rue des Carmes
54000 Nancy
Tél : 03 83 37 23 64
Email : scpmbf@wanadoo.fr

 Maître Sylvie LOCATELLI
25 rue du Général Foy
75008 Paris
Tél : 01 44 69 36 77
Fax : 01 42 93 43 46

 Maître St ARROMAN Petroff
10, boulevard Poissonnière
75009 Paris
Tél : 01 42 46 70 42
Fax : 01 48 00 98 37
Email : psap75@wanadoo.fr

Maître Isabelle IVERSEN
1 place Tobie Robatel
BP 1090- 69202 Lyon cedex 01
Tél : 04 72 00 01 53
Fax : 04 78 30 60 15

Maître SENNGON- NATAF
25 rue Maréchal Foch
Versailles
Tél : 01 39 50 27 23

Maître Olivier DUMESNIL
VANNES 56
Tél : 06 13 41 40 44

 Maître Valérie DJIARD
Dunkerque 
02 35 19 02 70

 Maître ARTAUD
2 rue David Courty
69200 Belleville 
Tél : 04 74 69 63 25

 Maître SANDRAIS
34 rue Semmelier
74000 Annecy

Maître HINCKER Laurent
205, Bld Saint- Germain
75007 Paris
Tél : 00 34 (0) 1 43 36 45 02
Téléphoner de la part de Yvonne Poncet Bonissol
06 82 40 81 69

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Published by Association d'aide contre le harcèlement moral - dans adchm
commenter cet article

Articles Récents

Liens